Idées reçues et contre-vérités ou la réalité quotidienne des locataires HLM épisode 4

Publié le par CNL-Nanterre

Les HLM, c’est pour les riches : 7 ménages sur 10 sont en-dessous du seuil de pauvreté.

Près de 7 ménages sur 10 logés par les offices ont des revenus proches du seuil de pauvreté. Pour ¼ des ménages, le revenu maximal avant prestations sociales est largement inférieur au seuil de pauvreté. Sans l’aide au logement, la moitié des locataires ne pourrait pas se loger en HLM. Les offices se caractérisent par une concentration des revenus fragiles.

les ménages sont obligés de fournir un gros effort financier pour se loger mais le taux d’effort est de 24,1% pour les locataires HLM et de 28,4% pour les locataires du secteur privé en 2013. Les loyers HLM sont des loyers conventionnés strictement encadrés qui ne nourrissent pas l’inflation des loyers.

La CNL demande la révision de l’encadrement des loyers avec dans un premier temps le gel des loyers et l’abrogation de la loi permettant l’augmentation du loyer à la relocation.

A Nanterre

Nanterre concentre plus de ménages précaires que dans les autres villes. En 2015, 23% étaient en-dessous du seuil de pauvreté et 30% en 2016. Ce taux est plus élevé que la moyenne nationale, la précarité s’accentue. A l’office, on note une surreprésentation des familles nombreuses et une tendance à l’appauvrissement. La part des ménages ayant des ressources inférieures à 60% des plafonds PLUS (le plafond le plus bas pour les attributions) passe de 52,5% en 2012 à 55,9 en 2014.

Publié dans déclarations locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article