Quand l’état envoie les pauvres chez les pauvres

Publié le par CNL-Nanterre

Quand l’état envoie les pauvres chez les pauvres

Trois maires de Seine-St-Denis (Stains PCF, Clichy-sous-Bois, PS et Noisy-le-Grand LR, communes figurant parmi les plus pauvres d’Île-de-France) dénoncent l’implantation dans leur ville de centres d’hébergement d’urgence et demandent une meilleure répartition de l’effort social. Les hôtels formule 1 de ces 3 communes ont été rachetés par la SNI, un bailleur social qui va construire 1400 places d’hébergement en Île-de-France. Ils s‘insurgent contre le fait que leurs communes qui participent déjà pleinement à l’effort social soient les seules mises à contribution. Par exemple, Stains possède 64% de logements sociaux, un parc privé dont les habitants sont plus pauvres que dans le parc social, un foyer CADAC pour demandeurs d’asile et une résidence sociale pour personnes précaires. (Humanité du mercredi 14 juin 2017)

Publié dans déclarations locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article