Disparition des offices municipaux HLM

Publié le par CNL-Nanterre

Au 1er janvier 2018, les offices municipaux d’HLM disparaissent. Ils sont intégrés dans les nouveaux établissements territoriaux (celui de Nanterre sera intégré dans POLD, Paris Ouest la Défense) et s’appellent maintenant des offices publics.

Le nombre de logements sociaux de toutes les communes regroupées dans POLD dépasse les 25% demandés par la loi SRU, relative à la solidarité et le renouvellement urbain,  grâce aux villes comme Nanterre qui possède 56% d’HLM. Rappelons les 9 cancres dans les Hauts-de-Seine : Asnières-sur-Seine qui a supprimé 4% de logements sociaux, Bois-Colombes, Boulogne-Billancourt 24%, Courbevoie, La Garenne-Colombes, Levallois-Perret, Neuilly-sur-Seine 15%, Saint-Cloud et Ville- d’Avray.

Or, la commission d’attributions de logements de l’ancien office municipal risque de devenir une commission territoriale. On voit tout de suite le danger : incitation pour les villes qui ne respectait pas la loi à la respecter encore moins puisque le quota des 25% est atteint (les maires les moins méritant seront protégés par leurs voisins bâtisseurs) ; envoi des familles les plus précaires, les plus en difficultés dans les villes ayant le plus de logements sociaux, accélérant une ghettoïsation d’un côté et un entre soi entre « gens bien » de l’autre et perte pour Nanterre de la décision d’attribution des logements ce qui se produit déjà pour les logements DALO attribués uniquement par le préfet. Ceci se fait dans un déni de démocratie car le nombre de représentants de la CNL va diminuer.

 

Publié dans déclarations locales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article